Spécificités neurologiques

par | Oct 19, 2019

Le fonctionnement à HP est d’origine multifactorielle. Celui-ci s’exprime dans divers domaines de manière conjointe, ou dans des domaines de prédilection. Ces éléments appartiennent à la personnalité, dont les modes d’expression vont dépendre des divers environnements dans lesquels elle gravite.

Si la recherche actuelle ne donne pas d’étiologie précise, l’hypothèse scientifique penche cependant en faveur d’une origine neurologique, avec une composante génétique réorganisée par l’influence de l’environnement. (extrait de « Les élèves à haut potentiels » de R. Guilloux p. 84)

 

 

Ce fonctionnement a cependant une composante neurologique avérée qui va s’exprimer au travers de différentes fonctionnalités :

 

  • Une gaine de myéline plus épaisse
  • Plus de dendrite
  • .. et autres bricoles

Depuis la nuit des temps… il existe des recherches sur l’intelligence. Chacune annonce une nécessaire mutation de l’école… qui doit repenser ses modèles d’apprentissage, pour permettre à chacun de développer son potentiel d’intelligence selon une large gamme de compétences…

Une gaine de myéline plus épaisse

Ce qui provoque une vitesse de conduction plus rapide des influx nerveux.

La super myélinisation du système nerveux va impacter la personne de la tête aux pieds, avec de vraies répercussions dans les différentes structures et fonctions. La gaine de myéline ne se trouve pas seulement autour des neurones “de la tête”, mais aussi au niveau de tout le système nerveux, autant central que périphérique.

Plus de dendrites

Ce qui augmente le volume des stimulations par la connectivité que cela engendre.

Toutes sortes de stimulations de l’environnement guident la mise en place des circuits de neurones permettant d’assurer les grandes fonctions, qu’elles soient sensorielles, motrices ou cognitives. Dans cette dynamique, la structuration de la matière cérébrale est le reflet intime de l’expérience vécue. Cela se répercute dans l’entier du corps.

… et autres bricoles

Plus de matière cérébrale, en particulier dans le lobe frontal (J. Galbraith, 2011)

– Le cortex cérébral est associé aux activités mentales, sensitivomotrices, ainsi qu’à l’origine et au contrôle de la contraction musculaire squelettique.

– « Câblage » différent rendant les connexions plus efficaces à moindre consommation d’énergie (Galbraith, 2011)

– Une plus grande mémoire (plus de protéine de MLT)

– Empan du sommeil paradoxal plus élevé (c’est la phase de sommeil qui consolide les acquis de la journée)

– Flux sanguin augmenté lors de l’activation des zones cérébrales par une activité cognitive

– Une activité électrique chez une personne à HP, qui ne présente pas de troubles associés, produit un fonctionnement bilatéral équilibré ainsi qu’arborescent/cascade.

 

Une plus grande plasticité cérébrale grâce à un volume de dendrites plus conséquent.

Cela va entraîner une connectivité accrue entre les différentes aires du cerveau. On parle de plasticité neuronale

 

« Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction. »

Comme l’exprimait un jour à sa façon le peintre Francis Picabia

En résumé :  on peut dire qu’au niveau neurologique, cela va plus vite, plus fort, que l’on se souvient de plus de chose sans activer les processus de mémorisation et que le système est moins stable.