Etapes clés

par | Juil 19, 2020

Il y a certainement plein de manières de signifier les étapes clés. J’ai choisis celle du développement moteur,  car celui-ci pose des fonctionnalités spécifiques, primordiales à l’équilibre général du corps physique, émotionnel et de l’esprit.

Le bébé va se construire de la tête aux pieds avant de se verticaliser. Il passe d’une incoordination moteur à un geste construit et organisé. Chaque étape ouvre à de nouvelles fonctions qui pose les briques du futur édifice.

Tous les propos qui vont suivre sont extraits ou inspirés de : Un bébé, comment ça marche ? de Catherine de Woot et Pierre Baldewyn.

Huit niveaux de développement permettent au bébé de se verticaliser

1 : Enroulé apaisé

Mode tout ou rien

2 : Un regard sur la main

C’est quoi ce truc qui me tombe dessus ?

3 : Il/elle met son grain de sel

Quelqu’un en face !

4 : L’espace en 3D

Oh, le monde s’agrandit

5 : Tourner – Rouler

Rouler-bouler, jeunesse

6 : Espace lointain

Je plane, je prends de la hauteur

7 : Comme le lézard

Le temps des déséquilibres “apprivoisés”

8 : Assis, debout et premier pas

A la conquête du monde

En savoir plus

1) Naissance : Ca y est, bébé est là moment très intense pour tout le monde !

  • 0 à 3 mois : Enroulé, apaisé. c’est le moment de l’accordage premier, faire connaissance, trouver des repères, mettre de la sécurité, du confort de la détente.
  • Besoins : Soutiens physiques et psychologiques.Poser des appuis, soutenir votre bébé
  • Comment il/elle vit : Le bébé bouge globalement, de façon essentiellement réflexes, à la moindre stimulation c’est le corps en entier qui réagit. Pas ou peu de nuance, c’est en mode “on” ou “off” : Le bébé compte sur vous pour et sur votre empathie pour l’aider à vivre et surmonter ces moment difficiles. Il vous écoute et est connecté à vous. Il a besoin que vous vous adaptiez à ses rythmes, il n’est pas en mesure de s’adapter aux vôtres, cela viendra plus tard.
  • Apprentissage : Retrouver sa position de détente “en enroulé” comme dans la matrice. Ramener sa tête dans l’axe du reste du corps.
  • Conséquences des manques : Si l’enfant ne retrouve pas son calme au travers des appuis proposés, il va construire un rapport à l’environnement hypervigilant.
  • Développement psychomoteur : Occiput => appui, tension, détente.

 

Comme le câblage est déjà super performant, parfois il est inconsolable, incompréhensible…

Au secours, il n’arrête pas de pleurer : Pour le bébé, pleurer accompagné peut être un remède efficace pour évacuer des tensions inutiles.

Très sensible à l’environnement, le bébé à HP va se tendre à tout ce qui survient brusquement, à tout ce qui le surprend, à tout ce qui est “trop fort”. Ces réactions vous paraissent peut-être exagérée et inadaptées ? et pourtant au vu de son immaturité sensorielle, motrice et émotionnelle, rien que de très normal.

Aidez-le à se détendre afin qu’il retrouve un état de confort suffisant.

Si dans sa vie quotidienne, les moments de tensions par rapports aux moment de détente sont dominants, il risque de développer :
Une hypertonicité : Dur et tendu
Une hypersensibilité : Le seuil de ce qui est “trop fort” est abaissé
Une hyperréactivité : il réagit beaucoup plus vite au stress

On entre à ce moment-là dans un cercle vicieux.

Signes de passage : Vous avez la sensation de mieux comprendre votre enfant et quand sa tête est bien appuyée il la tourne plus facilement. Vous arrivez globalement à comprendre ce qu’il exprime.

2) Premiers mois : le monde s’ouvre, orientation du regard  !

  • 0 à 3 mois : Enroulé, apaisé, vous le soutenez, il n’est pas encore capable de changer de position seul. Le bébé, pour regarder ce qui l’intéresse, quand il est confortablement soutenu, arrive à tourner volontairement la tête. Sa tête ne bouge pas seule, certains réflexes font que le corps entier réagit
  • Besoins : Prendre soin de vous … créer un face à face relationnel, veiller à ramener du calme
  • Comment il/elle vit : Le bébé vous regarde, votre visage est son “jouet” préféré. Les lumières, les couleurs, contrastes, bruits, mouvements, tout le captive. Il se sur-stimule, s’excite tout seul, il a besoin de vous pour poser un cocon sécurisant, d’une enveloppe de fond
  • Apprentissage : Utiliser les muscles de son cou chargés de tenir sa tête, c’est le début de la construction de son axe vertical futur ainsi que sa capacité à orienter le regard
  • Conséquences des manques : L’intégration des réflexes en lien avec les cervicales, plus spécifiquement le réflexe tonique asymétrique du cou, va être impacté.  Cela aura comme conséquence des difficultés à réguler les tensions dans la nuque ainsi que sa capacité à explorer la droite et la gauche
  • Développement psychomoteur : Vertèbres cervicales, le regard s’oriente

Les transitions entre tension et détente sont complexes.

Tout l’intéresse, sur-stimulé, il peine avec le sommeil et la digestion. On voit apparaitre des bébés tendus “en arc”, ils ont tendance à bouger beaucoup

  Aidez-le à faire des pauses.

Il ne les réclame pas …. Proposez-les lui !
Il se fatigue….  Proposez-lui son lit sans traîner !

Laissez le explorer à sa manière, à son rythme, veillez à ce qu’il ne se sur-stimule pas.

Signes de passage : Il s’intéresse à sa main, son regard s’ajuste, son monde s’agrandit dans cet espace qu’il apprivoise et module.

3) Le temps file : il/elle met son grain de sel dans la relation !

  • 0 à 6 mois : Il arrive à écarter et rapprocher les deux bras en même temps et ceci volontairement !!! ses yeux et sa bouche explorent tout
  • Besoins : De calme et de diversité
  • Comment il/elle vit : Il continue à apprendre à maintenir sa tête, aligner son axe. Il est disponible pour découvrir ce qui l’entoure. Il enroule et déroule sa tête qui va de droite à gauche, cela fonctionne même parfois volontairement
  • Apprentissage : Les mouvements volontaires des bras. Il commence à contrôler l’écartement et le rapprochement des bras en même temps. C’est un début !!! Je touche, tu me touches, ça me touche…
  • Conséquences des manques : Dans cette phase, les prémices d’une conscience de soi et du fait d’être distinct se développe. Quand les jeux relationnels sont compliqués, c’est la question  des limites qui va être impactée : Mon espace intérieur est séparé du monde extérieur….
  • Développement psychomoteur : Vertèbres dorsale D1 à D4 :  Zone de croisement entre l’axe vertical qui se construit et l’ouverture à l’axe horizontal

Moi et le monde… La manière dont le bébé traduit vos mimiques, sourire, froncement des sourcils va impacter durablement sa capacité à aller découvrir le monde.

C’est parfois le début d’un emballement de stimulation qui laisse peut de place à l’intégration. Le bébé à besoin de diversité pour autant que sa sécurité intérieure grandisse en parallèle.

 Proposez lui des objets tout doux et un mobile .

Il n’est pas très habile de ses bras, des objets doux seront surprenant, mais pas désagréable s’il tombe sur son nez.

Quand il écartes les bras, les mains s’ouvrent par réflexes, plus les objets sont grands et qu’ils ne roulent pas, plus il aura plaisir à explorer les sensations

Signe de passage : Votre bébé commence à tourner sur le côté. S’il découvre “par hasard” dans son envie de bouger des objets dans ce nouvel espace tout proche, il va avoir envie d’y retourner. Voici la quatrième étape qui s’amorce.

4) Tri-dimensionalité

  • 3 à 6 mois : Jeux d’équilibre et de déséquilibre, le monde latéral s’ouvre à lui.
  • Besoins : De temps, laissez-le aller à son rythme, il se mettra sur le ventre bien assez tôt.
  • Comment il/elle vit : Plus stable sur le dos, il expérimente de nouveaux mouvements de bras. Il joue avec ses pieds, ramène tout à sa bouche. Il combine tous les mouvements et finit par se mettre sur le ventre tout seul. C’est le temps des jeux d’appuis, la découverte et les prémisses des mouvements de torsions.
  • Apprentissage : Jeux avec le poids de son corps, se tendre et se détendre, modulation de plus en plus vaste.
  • Conséquences des manques : Le tempérament, l’environnement parfois amène certains bébés à être attirés par des apprentissage trop éloignés de leurs compétences. Ils vont compenser par des tensions dans le dos et la nuque et de l’agitation. Ils peuvent avoir de la difficulté à revenir à eux.
  • Développement psychomoteur : Vertèbres dorsale D4 à D8 : La force tonique continue de se propager, il gère mieux le carrefour entre son axe horizontal et vertical. La détente entre les omoplates permet aux épaules de s’ouvrir et de réaliser des mouvements de rotations int. et ext. Mise en place des premiers mouvements conscients des coudes, poignets et enfin des mains et des doigts.

Moi et le monde… parfois un océan de frustration

La tête projette … les coordinations suivent comme elles peuvent… Parfois ça clash un peu….

Aidez-le, souvent votre enfant va se mettre dans des positions le frustrant

Comme il expérimente de nouvelles combinaisons mais n’as pas toujours la force ni le chemin pour revenir dans une posture plus confortable, il peut piquer de sacrer colère !!!

Il n’est jamais trop tôt  pour l’aider à traverser des moments compliqués

Signe de passage : les interactions avec vous sont de plus en plus nombreuse… il devient habile de ses bras, les première limites se posent… mon foulard oui, pas mes cheveux… Dès qu’il commencera à être à l’aise sur le ventre en appuis sur ses avants-bras, les mains libres pour jouer, voici que s’annonce la prochaine étape.

5) Repousser le sol

  • 3 à 10 mois : Mouvements de base, transfert du poids et se retourner, se redresser
  • Besoins : D’espace au sol, va et vient incessant entre vous et le monde à découvrir
  • Comment il/elle vit : Du dos au ventre,  confort, appui, découvertes, recherche d’appui, se repousse, se soulève, les mains deviennent, en plus des yeux et de la bouche, des espaces d’exploration
  • Apprentissage : Le repoussé qui provoque les premier redressements
  • Conséquences des manques : Lorsque l’enfant n’explore pas la pesanteur et le repoussé, il va chercher votre force, tendre les bras, s’accrocher à vous
  • Développement psychomoteur : Vertèbres dorsales de D8 – D12 : découverte des transferts de poids qui affine la construction de son axe.

Trois tendances comportementales souvent se dégagent : Plutôt calme, plutôt à bouger tout le temps, ou plutôt hésitant et inquiet ?

Dans tous les cas, le fonctionnement à HP va renforcer la tendance :

Un bébé qui passerait son temps en enroulement à sucer son doudou risque de se désintéresser de tout ce qui est un peu plus loin (cela lui semble inaccessible). Il risque de vous tyranniser pour que vous restiez près de lui

Un bébé qui va toujours de l’avant sans pouvoir s’arrêter va vous épuiser, si il est toujours actif, son besoin d’intégration risque de s’exprimer en cauchemar

Un bébé qui passerait son temps à osciller d’un côté à l’autre, de zapper, risque de se figer dans un non choix, risque de ne plus rien oser

Dès qu’une attitude a tendance à se stéréotyper, la clé se trouve dans le fait de recréer un cadre sécurisé et de l’amener à être en lien avec ses sensations.

Proposez-lui un espace au sol sans trop d’objets afin qu’il puisse se retourner. Evitez de le mettre en position en assise.

Il faut attendre que la force tonique atteigne le bas du corps. Il n’est pas capable de se redresser complétement lui même.

Laissez-lui le temps de s’adapter, de réagir, de s’ajuster.

Le laisser trouver son tempo de modulation

Signe de passage : Il est de plus en plus à l’aise dans tout ce qu’il fait. Sur le ventre, il enchaîne transferts et moments de manipulations; repoussé, redressement et retournement avec de petits coups de planeur

6) Espace lointain

  • 6 à 10 mois : Affine et améliore tout ce qu’il a déjà appris, aligne tout seul son bassin
  • Besoins : Passer du temps au sol, il est essentiel de ne pas le mettre dans une position qu’il n’atteint pas par lui même.
  • Comment il/elle vit : Votre bébé “ose” s’opposer à la volonté des autres et commence à vivre du conflit. Peut parfois vivre des cauchemars à répétition… ça passe.
  • Apprentissage : Non, suite et pas fin… Doit commencer à apprendre les limites, àvous de les poser
  • Conséquences des manques : Si l’enfant a du mal à profiter des appuis pour se détendre, il va avoir du mal au sol et ne pas explorer tous ces jeux d’équilibres qui sont essentiels plus tard dans la recherche d’équilibre émotionnel et mental.
  • Développement psychomoteur : Vertèbres lombaires, tourne depuis le hanche, c’est du bassin que le mouvement démarre. Permet de grandes gammes de torsions du tronc

A se niveau, le bébé ose rouspéter, pleurnicher, crier, pleurer, repousser, taper, pincer. Ce sont des réactions naturelles au “non” que vous lui proposez. Il cherche à se différencier de vous. La sensibilité du bébé à HP va certainement augmenter ses réactions. Il va vous falloir parfois des trésors de patience et une fermeté à toute épreuve afin de lui apprendre qu’il a la droit d’exprimer son mécontentement mais pas n’importe comment. Vous êtes le garant des limites que vous posez en tant que parent.

Agrandissez ses espaces tout en les délimitant. Il commence à se déplacer.

Proposez-lui des vêtements amples, souples et confortables pour qu’il soit à l’aise pour bouger.

Laissez-le pieds nus ou en chaussettes, c’est trop tôt pour des chaussures.
Votre bébé aime jouer avec vous, les coucous, cache-cache , comptines, en bateau… Attention, votre enfant est très sensible, la limite entre agréable et désagréable n’est pas toujours claire, par contre il peut vouloir vous faire plaisir, vous observez alors un sourire crispé.

Signe de passage : Le “vrai” ramping apparait

7) jouer au sol, c’est la clé

  • 6 à 18 mois : Affine et améliore tout ce qu’il a déjà appris, aligne tout seul son bassin
  • Besoins : explorer encore et encore les mouvements du bassin, il a besoin d’être sur le ventre, c’est le moment
  • Comment il/elle vit : Il combine les appuis, varie les déplacements,  premier rampé, en tirant avec les bras en appui homo ou controlatéral, revient sur le dos pour récupérer
  • Apprentissage : Il découvre des tas de choses, passe beaucoup de temps à explorer, il manipule les objets et cherche des stratégies pour arriver à l’objectif qu’il a imaginé
  • Conséquences des manques : Les hanches de votre enfant se préparent activement à l’étape suivante en expérimentant toutes sortes d’ouvertures et d’appuis. Lorsque que cela ne se fait pas, l’enfant va devenir dépendant des autres ou de supports extérieures pour bouger et apprendre
  • Développement psychomoteur : Le bassin et les hanches qui se préparent à recevoir le poids du corps

A se niveau le bébé ose rouspéter, pleurnicher, crier, pleurer, repousser, taper, pincer, ce sont des réactions naturelles au “non” que vous lui proposez. Il cherche à se différencier de vous. La sensibilité du bébé à HP va certainement augmenter ses réactions. Il va vous falloir parfois des trésors de patience et une fermeté à toute épreuve afin de lui apprendre qu’il a la droit d’exprimer son mécontentement mais pas n’importe comment. Vous êtes le garant des limites que vous posez en tant que parent.

Agrandissez ses espaces tout en le délimitant. Il commence à se déplacer.

Proposez-lui des vêtements amples, souples et confortables pour qu’il soit à l’aise pour bouger.

Laissez-le pieds nus ou en chaussettes, c’est trop tôt pour des chaussures.
Votre bébé aime jouer avec vous, les coucous, cache-cache , comptines, en bateau… Attention, votre enfant est très sensible, la limite entre agréable et désagréable n’est pas toujours claire, par contre il peut vouloir vous faire plaisir, vous observez alors un sourire crispé.

Signe de passage : Il se déplace à quatre pattes et se met presque lui-même assis.

8) Découvertes tous azimuts

  • 6 à 18 mois : Logique des appuis et jeu avec la pesanteur
  • Besoins : Bouger et explorer encore et encore, ramping, quatre pattes, marche de l’ours, retours au sol et re-belotte, tout cela entre deux temps de repos et de câlins
  • Comment il/elle vit : Tout devient visible et clair, tout ce qu’il a expérimenté au sol en position horizontale va pouvoir se déployer dans l’entre-deux. Selon son tempérament il va explorer encore et encore les espaces intermédiaires avant de s’assoir puis de se mettre debout
  • Apprentissage : La position assise est la première verticalisation, jeu d’équilibre dans les repoussers, reculer, semi-assis, quatre pattes, tout cela permet de trouver des équilibres et de la fluidité dans les transitions
  • Conséquences des manques : Mis trop tôt dans une position assise “calé”, position de laquelle il ne peut ressortir seul, il va développer des tensions postérieurs importantes. Assis et tensions vont se coupler, ce qui ne va pas faciliter la suite des apprentissages assis. Les passages de couché sur la sol à assis puis debout ne vont pas être suffisamment expérimentés, générant un manque de souplesse et de fluidité
  • Développement psychomoteur : Changer l’axe, tout ce qui a été appris au sol se libère pour défier la gravité dans des jeux d’appui et d’équilibre

Tout va très vite, il commence à parler, curieux de tout, il se projette dans tout. On a vite fait d’aller trop vite avec lui. Ses envies d’explorer rencontrent nécessairement des obstacles et des limites. Il se fixe en général des objectifs qui le dépassent, côté frustration souvent cela explose, tant qu’il n’a pas acquis l’autonomie de déplacement. Ces réactions peuvent être excessive.

Aidez le à exprimer de manière acceptable l’émotion qui le submerge.

Mettez de mots pour lui, montrer lui d’autres manières telles que : Jeter les cubes sur un gros coussins ou dans la caisse plutôt que dangereusement n’importe où.

Ses envies d’explorations vont l’amener à prendre des risques et envahir parfois votre espace. Il a besoin de vous dans le fait de poser des limites claires et de les faire respecter. Elles doivent être simples, précises, cohérentes et stables. C’est ce qui va lui permettre de trouver son équilibre.

Un exemple d’intelligence kinesthésique extraordinaire, doublé d’un travail de fond majeur !!!

Wendy Whelan, que de beauté !!!

Un documentaire qui mérite d’être vu selon moi : Restless Creature : Wendy Whelan

Ce documentaire puissant nous dépeint un portrait intime de Wendy Whelan, danseuse principale du New York City Ballet. A 47 ans, et après 30 ans dans la compagnie, elle prépare son départ à cause d’une blessure à la hanche. On découvre grâce à ces images une femme d’une incroyable force, persévérance mais aussi une personne humble et pleine d’humour. La célébration de cette extraordinaire interprète nous offre un point de vue perspicace sur le monde de la danse, la santé du danseur et sa reconversion.