L’engagement du corps

par | Nov 5, 2019

J’aime entendre Benoit Lesage* parler de l’engagement du corps.

Comment celui-ci se construit, se définit, s’investit, se différencie.
Comment naît un sens de soi dans la capacité de recruter ses ressources, de se relier ou, au contraire, comment des pans entiers de nous-même nous échappent. Ce corps dont on use et abuse parfois.

Régulation naturelle

J’aime aussi entendre P. Levine parler de la puissance intrinsèque du corps en un mot :

 “Ce qui monte…. peut descendre”

« Le corps est capable de s’autoréguler et de se connaître […] En général, la capacité d’autorégulation est ce qui  nous permet de gérer nos états d’activation et nos émotions difficiles; elle est à la base de l’équilibre de base entre une autonomie authentique et un salutaire engagement social. En outre, elle nous donne l’aptitude intrinsèque à nous sentir en sécurité « chez nous », ce lieu où réside notre bien-être. » .
P. Levine in Guérir par-delà les mots p.14

un coeur qui s'emballe

est le signe que le corps et l’esprit se préparent à une action

Action qui, quand elle se déroule dans des réactions corporelles spontanées, perçues et acceptées, permet de restaurer, de réparer, de soutenir puis de ramener le système nerveux à l’équilibre.

Quand P. Levine dit :
« Ce qui monte… peut descendre ! » 
Il parle du système nerveux.

Janeke88

Ce qui s’est fait peut se défaire, ce qui s’est bloqué peut se libérer, ce qui est dans l’ombre peut s’éclairer, ce qui s’est séparé peut se rassembler, ce qui fut bloqué peut s’intégrer afin de retrouver une intégrité corporelle.

Un corps qui frémit, vibre, palpite, tremble, exprime le processus inné (archaïque) qui rétablit le système nerveux et aide la psyché à se restaurer.

Engagement du corps, mécanismes de régulation…  sont des processus qui soutiennent le corps.

* pour en savoir plus : « Jalon pour une pratique psychocorporelle, structures, étayage, mouvement et relation ». B. Lesage. Ed Erès, 2012